top of page
  • woerthlaurie

Les Yamas en pratique


Vous connaissez déjà les Yamas ou vous avez déjà lu mon article précédent mais vous ne savez pas trop ce que c’est concrètement ou comment les appliquer à votre vie et à votre pratique ?

Alors restez ici, ça devrait vous intéresser !


Petit rappel, c’est quoi les Yamas ?

Yamas Ahimsa Satya Asteya Yoga

Les Yamas composent le 1° des 8 piliers du Yoga tels que décrits par Patanjali dans les Yoga Sutra environ 200 ans av. J.C.

Ce sont des observances morales, au nombre de 5, un code éthique pour la vie en société :

  • Ahimsa : Non-violence

  • Satya : Vérité

  • Asteya : Ne pas voler

  • Brahmacharya : Contrôle des sens/Modération

  • Aparigraha : Non convoitise, prendre seulement ce qui est nécessaire


Dans cet article je vais me concentrer sur les 3 premiers yamas, un prochain article sera posté prochainement.


Ahimsa : La non-violence


En dehors du tapis :


Yoga Sutra, aphorisme II.35 :

« Si quelqu’un est installé dans la non-violence, autour de lui, l’hostilité disparaît. »


La non-violence doit se trouver à la fois dans les actes, les paroles et les pensées.

La prochaine fois que vous êtes bloqué dans les bouchons, qu’une discussion vous énerve etc. prenez un instant pour observer votre réaction intérieure et faites le choix de la non-violence et de la compassion, que ce soit envers les autres ou envers-vous-même.

Pour cultiver la compassion lorsque vous remarquez faire preuve de violence, trouvez une chose que vous apprécier chez la personne en face ou chez vous et laissez ce sentiment positif noyer votre colère.


Sur le tapis :


Bouger avec amour, sereinement, pas dans la force, ressentir la paix dans son cœur (durant les pauses observer son rythme cardiaque, le sentir ralentir).


Toutes les postures peuvent être faites avec une intention violente ou non : quand vous luttez dans la posture pour aller plus loin, sans adaptation, sans utiliser de briques ou de sangles, que votre ego prend le dessus sans écouter votre corps. C’est lorsque vous laissez votre ego prendre le dessus sur votre corps que vous risquez la blessure.


  • Pratiquer des postures challengeantes pour se rappeler de bouger avec amour et non force et violence.

  • Postures d’ouverture de cœur telles que le sphinx, le chameau, l’arc, etc.

  • Méditation avec Padma Mudra : la mudra du lotus symbolisant la pureté et l’amour inconditionnel.


Satya : La vérité


En dehors du tapis :


Yoga Sutra, aphorisme II.36 :

« Celui qui pratique fermement l’honnêteté ou la véracité dans ses actes, discours et pensées verra le fruit de ses actions s’accomplir. »


Quand on parle d’honnêteté, on parle souvent d’honnêteté par la parole mais pas uniquement : également en pensées et en action.


Quand sommes-nous malhonnêtes en pensées et en action ?


Par la pensée, quand l’on se ment à soi-même, qu’on essaye de se convaincre d’une chose car l’on pense à tort qu’elle sera bonne pour soi. Par nos actions quand nous agissons à contrecœur.


On ne peut pas s’éloigner indéfiniment de notre vérité car notre corps le ressent et les personnes dans notre cercle relationnel peuvent aussi le ressentir par leur intuition ou la lecture du langage corporel.


Néanmoins il faut faire attention à exprimer sa vérité avec bienveillance, quand l’on sait qu’elle ne fera de mal à personne, pour respecter notre principe de non-violence, Ahimsa.


Sur le tapis :

  • Postures dynamisantes telles les guerriers 1, 2 et 3 pour se donner la force et le courage d’exprimer sa vérité

  • Postures travaillant le chakra de la gorge : matsyasana, sarvangasana, setu bandhasana

  • La respiration du lion Simhasana


Asteya : Ne pas voler


En dehors du tapis :


Yoga Sutra, aphorisme II.37 :

« Quand le désir de prendre disparaît, l’abondance et les joyaux apparaissent. »


Ce yama semble évident et pourtant en dehors des biens matériels il y a pleins de choses que nous pouvons voler à soi ou aux autres : le temps, l’énergie, les idées…


Cela passe aussi par le respect de l’environnement, utiliser une quantité de ressources raisonnée, limiter sa production de déchets pour ne pas « voler » la planète.


Et toutes les fois où nous sommes en retard (et je sais de quoi je parle malheureusement étant moi-même en retard parfois) nous volons un peu de l’énergie et de la patience à ceux qui nous attendent.


Nous pouvons aussi nous voler nous-même, voler notre présent : Je suis sûre il vous est déjà arrivé de conduire en voiture et d’arriver à votre destination sans vous souvenir de ce qu’il y avait sur votre chemin car vous étiez trop absorbés par vos pensées, en mode auto-pilote. Chaque fois que vous en prenez conscience, soyez indulgent avec vous-même, placez votre attention sur votre respiration et sur votre environnement.


Prendre conscience de tous ces moments où nous « volons » c’est déjà un premier pas vers le changement.


Sur le tapis :


Ne pas se voler soi-même sur le tapis commence déjà par ne pas essayer de brûler les étapes, ne pas tenter une posture très avancée avant d’avoir maîtrisé les bases. Prendre votre temps et savourer les postures que vous maîtrisez sans vouloir absolument passer à une variante plus avancée juste parce que votre voisin.e le fait et que votre ego vous pousse.

Cela signifie aussi ne pas voler son temps, sa concentration. Rester dans le moment présent, focalisé sur sa respiration, en étant pleinement dans la posture sans penser à celle d’avant ni à celle d’après.


Plus en pratique vous pouvez pratiquer Sama Vritti (la respiration carrée) pour développer la pleine conscience.






Bien sûr cela reste ma propre expérimentation de ces Yamas, peut être leurs trouverez vous une autre signification, plus personnelle, et trouverez peut-être votre propre pratique associée 🙏


Si cet article vous a plu n’hésitez pas à le partager autour de vous

En attendant de vous rencontrer sur votre tapis, je vous souhaite une douce journée

Comments


bottom of page